Psychologie du trading

La clé pour comprendre la finance est en vous : vous connaître peut vous permettre de maîtriser les marchés !

Commencez maintenant !

Le trading comporte un niveau de risque important pouvant entraîner la perte de votre capital.

Qu'est-ce que la psychologie du trading ?

Récemment, à côté des anciennes méthodes d’analyse technique et d’analyse fondamentale qui ont fait leurs preuves, s’est développée une troisième manière d’analyser les marchés. Cette dernière s’appuie sur l’analyse de la big data et sur l’utilisation de l’Intelligence Artificielle. On l’appelle souvent l’analyse des sentiments. Elle permet de mesurer le sentiment des investisseurs en se basant sur la presse mondiale et les réseaux sociaux pour trouver des mots clés indiquant le sentiment du marché concernant un actif. Et si le marché a des sentiments, il doit aussi être soumis à une étude psychologique. La psychologie du trading fait référence à deux sujets distincts : le trader et le marché. Et comme cette dernière entité amorphe est composée par une grande partie de la première (dont vous faites partie), il est clair que le comportement des marchés financiers est soumis aux instincts, aux comportements et aux pensées de ceux qu’il englobe, puisque les actifs eux-mêmes – quoi qu’en disent certains nouveaux venus – n’ont pas d’âme. Les éléments les plus importants de la psychologie du trading sont les instincts de peur et d’avidité qui déterminent nos actes et notre comportement sur le marché, ainsi que les émotions d’optimisme et de pessimisme, qui dictent souvent nos réactions et confèrent aux marchés leur caractère cyclique. La psychologie du trading ne cherche pas à être une expérience clinique. Elle vise plutôt à nous aider à reconnaître nos émotions, nos biais comportementaux et nos instincts lorsqu’ils se manifestent. Au-delà de les maîtriser, il est parfois plus important de les comprendre. Après tout, il y a de fortes chances que les autres participants réagissent de la même manière face à une situation donnée. Plus vite nous comprendrons notre réaction, plus vite nous pourrons prévoir le prochain mouvement du marché et en profiter. Les éléments les plus importants de la psychologie du trading sont les instincts de peur et d’avidité qui déterminent nos actes et notre comportement sur le marché, ainsi que les émotions d’optimisme et de pessimisme, qui dictent souvent nos réactions et confèrent aux marchés leur caractère cyclique.

Bureau de Trade360

Comment utiliser la finance comportementale ?

La finance comportementale, ou plutôt l’économie comportementale, comme on l’appelle habituellement, est l’étude du comportement cognitif, émotionnel, culturel et social des individus et des institutions dans leur impact sur l’économie classique. Depuis la création du sujet, trois prix Nobel d’économie ont été décernés à ses pionniers – Daniel Kahneman en 2002, Robert Shiller en 2013 et Richard Thaller en 2017 – ce qui témoigne de l’impact de ce domaine relativement nouveau. Cela ne signifie pas pour autant que le sujet était nouveau. Adam Smith et Jeremy Bentham faisaient déjà référence à la psychologie et même à la moralité de l’économie. Au milieu des années 70, Herbert Simon a déclaré que l’idée de la rationalité est limitée par la flexibilité d’un problème, ainsi que par les biais cognitifs et autres. Il pense que les gens prennent souvent des raccourcis mentaux qui sont préjudiciables à la résolution d’un problème. Plusieurs années plus tard, Kahneman et Amos Tversky ont utilisé la psychologie cognitive pour expliquer la divergence entre les décisions économiques et les exigences de la théorie classique. En bref, tout ce que nous avons c’est une théorie classique qui explique de manière utilitaire et mathématique pourquoi les choses devraient se produire, comme l’ensemble très pratique de règles de Charles Dow (marchés efficients) et une approche très humaine des raisons pour lesquelles elles ne se produisent pas (marchés réels).

Comment éviter le trading émotionnel ?

Là encore, le but de la psychologie du trading est non seulement d’apprendre comment éviter le trading émotionnel (ce qui est certainement une bonne chose), mais surtout d’apprendre un outil pour comprendre comment les marchés fonctionnent et réagissent dans un sens beaucoup plus large. Pour éviter d’être pétrifié par la peur avant d’ouvrir une position, ou pour éviter d’entrer en position (ou de ne pas en fermer une) par cupidité, il faut en apprendre le plus possible sur un actif. Certes, cela donne un sentiment de contrôle grâce à des informations qui compensent les émotions. Mais cela nous aide surtout à confirmer la technique par les fondamentaux. La fixation de buts et d’objectifs, la gestion des risques par la diversification, les opérations de couverture (hedging) et la bonne gestion de l’argent ne sont pas seulement un moyen de contourner les émotions – c’est simplement du bon sens. Pour faire court, les émotions ne peuvent être évitées et elles peuvent difficilement être contrôlées comme vous le diront des siècles de littérature. Cependant, prendre du recul et les examiner peut être un avantage et un outil inestimable – pas moins qu’une compréhension complète de la théorie des vagues d’Elliot, la création d’un Expert Advisor et le fait de disposer d’une source introuvable de données sur les trades d’initiés.

Rechercher

AVERTISSEMENT SUR LE RISQUE : Les CFD sont des instruments complexes et comportent un risque élevé de perte rapide d'argent en raison de l'effet de levier. 69,45 % des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec Trade360. Vous devriez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFD et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Apprenez-en davantage à propos de la gestion des risques.